L'Homme que nous aimons le plus

Michel Dresch

« Bande à Part » est une collection qui regroupe de courts textes
ou des recueils de nouvelles sur toutes les formes d’art.
L’homme que nous aimons le plus en est le 11 opus.

   

Serafima Tcherkhova, sculptrice, et son mari Letellier, peintre adepte du réalisme socialiste, forment un couple vedette, figure emblématique de la contre-société communiste de la France des années 1950 : comme Aragon et Elsa Triolet ou Yves Montand et Simone Signoret.
À l’occasion d’une exposition organisée par le Parti communiste où les œuvres du couple Letellier doivent côtoyer celles de Picasso et de Soulages, Serafima trahit son camp : l’œuvre qu’elle expose n'est pas, comme prévu, un serf maltraité sous le régime tsariste,

mais un prisonnier du Goulag. Le scandale est énorme : dans ces années-là, il est interdit

de prononcer le mot « Goulag ». Le Goulag n’existe pas.

C’est donc une véritable tempête qui va agiter les milieux progressistes et artistiques.
Alors, Serafima disparaît. Qui est derrière cette trahison et cette disparition de l'artiste ?

Ce thriller s’attache à reconstituer avec précision l’ambiance dans laquelle baignaient, dans les années 1950, les artistes et intellectuels communistes et  progressistes.

 

Longtemps haut fonctionnaire, Michel Dresch se consacre aujourd’hui à l’écriture de thrillers.

Il a reçu en 2012 le « Prix du roman en ligne ». Il vit et travaille à Paris.

 

Paru le 21 février 2019

Format de 12 x 21 cm

Couverture souple

360 pages intérieures

Prix public : 23€