Lignes, couleurs, paroles

Haïm Kern est un artiste total, il sculpte peint, grave et écrit.

On lui doit Ils n’ont pas choisi leur sépulture, œuvre installée en 1998 sur

Le Chemin des Dames dans l’Aisne, volée en 2014 puis réinstallée en 2017, inaugurée par le président de la République François Hollande dont ce fut l’ultime acte public dans sa fonction.

On lui doit aussi d’autres monuments remarquables ornant nos places publiques, François Mauriac à Paris, près de l’hôtel Lutetia. Les Chemins de Pichipoï, installé en 2000 dans la gare d’Angers en mémoire du Convoi n° 8 parti vers Auschwitz.

Ses minuscules deusèles, petits personnages ailés ont hanté le Jardin du Luxembourg en 2003. Il ne faudrait pas oublier Liberté Égalité Fraternité, auquel Jean Tardieu consacre un texte, qui sera un des cadeaux de la République française à tous les chefs d’État invités au bicentenaire de la Révolution française en 1989. Cet ouvrage richement illustré de sculptures, gravures, peintures, collages est complété des écrits de l'artiste.

Haïm Kern a rendu à la langue française cette part de lui-même, profonde, émouvante, humoristique, mais aussi surréaliste, irréaliste.

Cet ouvrage est la première grande monographie de référence de Haïm Kern.

 

Haïm Kern né le 4 décembre 1931 à Leipzig, en Allemagne, encore de Weimar, a quitté son pays natal en 1933 suite à l’avènement du national-socialisme. Agé de deux ans il arrive en France.
C’est là qu’il apprit à la communale comment aimer cette France, encore meurtrie par la guerre

de 14-18. Les gueules cassées n’étaient pas rares, l’horreur. La mauvaise guerre arrive très vite,

sa famille est déportée, enfant caché, il survit. Haïm Kern expose pour la première fois en 1966, artiste protéiforme, de nombreuses sculptures monumentales jalonnent son parcours

 

 

 

 

Paru le 22 février 2021

Format 24 × 28 cm

212 pages

Couverture souple

212 pages intérieurs

105 illustrations

 

          Prix public : 39 €